Durée de vie parentale (Timmers, 2020)

Rapport de durée de vie dans la bibliothèque Nebula

TITRE DE L’ÉTUDE: L’analyse génomique multivariée implique de nouveaux loci et le métabolisme de l’hème dans le vieillissement humain (durée de vie des parents)

SOMMAIRE: Identification de 10 variantes génétiques liées à la durée de vie des parents.

APERÇU: Dans le monde, la durée de vie moyenne est de 70 ans pour les hommes et de 72 ans pour les femmes. Cependant, beaucoup de gens vivent bien dans leurs 90 ou 100 ans. Bien que des facteurs tels que l’alimentation et l’accès aux soins de santé influencent la durée de vie d’un individu, la génétique joue également un rôle. Dans l’ensemble, la génétique peut représenter entre 10 et 30% de la variation de la durée de vie. En conséquence, l’examen de la durée de vie des parents d’un individu peut aider à prédire la durée de vie attendue de la progéniture. Cette étude a examiné les génomes de plus d’un million d’individus d’ascendance européenne pour identifier les variantes associées à la durée de vie des parents. L’étude a découvert 10 variantes génétiques liées à la durée de vie des parents, mais également associées à la santé et à la longévité d’un individu. De multiples variantes se trouvent dans des gènes qui étaient auparavant liés au vieillissement et au métabolisme. Par exemple, une variante du gène APOE (rs429358) peut en moyenne augmenter la durée de vie d’un parent de plus de 2 ans.

LE SAVIEZ-VOUS? Alors que les parents ont une influence sur la durée de vie de leurs enfants grâce aux gènes qu’ils transmettent, il semble que les enfants puissent également avoir un effet sur la durée de vie de leurs parents. Une étude a révélé que les personnes avec enfants vivent souvent plus longtemps que celles sans enfants. Même les enfants adoptés semblent conférer cet effet, ajoutant potentiellement jusqu’à 3 ans à la durée de vie de leurs parents adoptifs. [SOURCE]

EXEMPLE DE RÉSULTATS: En savoir plus sur Bibliothèque de recherche sur la nébuleuse .

résultats d'échantillons de durée de vie parentale

VARIANTES ASSOCIÉES À LA DURÉE DE VIE PARENTALE: rs429358, rs10455872, rs7859727, rs61905747, rs6511720, rs12830425, rs1159806, rs4783780, rs2643826, rs17499404

RESSOURCES ADDITIONNELLES:
La science du vieillissement (vidéo)
La longévité est-elle déterminée par la génétique?

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ PAR:
Longévité (Deelen, 2019)

MISE À JOUR HEBDOMADAIRE: 28 juillet 2020

En savoir plus sur la durée de vie humaine

L’espérance de vie est la durée moyenne pendant laquelle un être vivant est censé vivre à partir d’un moment donné jusqu’à la mort. Cela ne doit pas être confondu avec la durée de vie, qui fait référence à la durée maximale qu’une personne peut vivre.

Calcul de l’espérance de vie

L’espérance de vie est calculée sur la base des taux de mortalité observés dans le passé ainsi que des hypothèses du modèle pour les taux de mortalité futurs. Les tables de mortalité donnent cette information à travers le nombre exact de survivants et de décès pour 100 000 habitants des années précédentes.

En principe, nous pouvons choisir n’importe quel moment à partir duquel l’espérance de vie restante est calculée. Le plus souvent, l’espérance de vie à la naissance présente un intérêt pour la santé publique.

La comparaison avec les personnes nées la même année se traduit par l’espérance de vie de la cohorte. Si nous supposons que différents âges ont des taux de mortalité différents, l’espérance de vie qui en résulte peut être différente. C’est ce qu’on appelle l’espérance de vie de la période.

Dans de nombreux cas, ce n’est pas la population totale de nouveau-nés qui est considérée, mais un certain groupe. Ce groupe peut être classé par résidence ou par âge. Les informations sur la dispersion statistique de l’espérance de vie sont donc ici intéressantes.

L’espérance de vie est un indicateur important de la situation sociale et économique. Plus il est élevé pour un groupe particulier, plus son niveau de vie est élevé. En 2019, l’espérance de vie la plus élevée a été trouvée pour le Japon avec environ 84,6 ans selon Notre monde en données . L’espérance de vie moyenne des habitants des États-Unis est assez élevée, autour de 78,9 ans.

L’espérance de vie est souvent classée selon le sexe, la nation d’origine, la profession ou un groupe de risque spécialement identifié. La différence selon certains groupes est intéressante dans le secteur des assurances pour calculer les risques et évaluer les primes ou les pensions.

Qu’est-ce qui détermine la durée de vie humaine?

L’espérance de vie humaine est déterminée par un large éventail de facteurs d’influence, en particulier l’âge au moment du calcul. À condition que les populations ne soient pas décimées par des catastrophes majeures, des facteurs tels que le vieillissement cellulaire jouent un rôle important dans la détermination de l’espérance de vie. Dans de bonnes conditions, la vie humaine s’étend sur 100 ans et plus. La personne la plus longue à ce jour (Jeanne Calment) a atteint l’âge de 122 ans.

La durée de vie humaine maximale fait l’objet de discussions entre chercheurs depuis de nombreuses années. Alors que certains croient que la durée de vie humaine peut être illimitée, beaucoup sont convaincus d’une limite naturelle à la durée de vie maximale des humains. Une étude utilisant des tables de mortalité de 1950 à 2005 , par exemple, ont constaté que la durée de vie humaine maximale est d’environ 126 ans.

L’augmentation de l’espérance de vie est néanmoins accompagné de pires conditions de santé des anciens de longue durée. Les années de vie avec une maladie grave augmentent, car les gens peuvent vivre assez longtemps pour vieillir. La quantité de dommages à l’ADN au cours de la vie d’une personne en est probablement la cause.

En adoptant un mode de vie sain, ce processus peut être ralenti mais ne peut finalement pas être arrêté. Si les dommages cellulaires dépassent un certain seuil, la mort de l’individu est inévitable. Cela est vrai même si aucune maladie qui entraînerait inévitablement la mort, comme un cancer malin, n’était auparavant présente.

Qu’est-ce qui affecte la durée de vie moyenne?

Des facteurs tels que la constitution génétique, le manque d’hygiène, une nutrition inadéquate, le stress et le manque de médicaments peuvent limiter l’espérance de vie. Cela était vrai avant l’ère industrielle et s’applique toujours à de nombreux pays en développement.

Lorsque ces conditions sont à un niveau acceptable, les facteurs clés suivants, entre autres, sont considérés comme significatifs:

  • Hypertension artérielle
  • Tabagisme et consommation excessive d’alcool
  • Obésité
  • Diabète ou taux élevé de sucre dans le sang
  • Le manque d’exercice
  • Taux de cholestérol élevé

Ces facteurs sont également spécifiques à l’âge, significativement plus risqués chez les personnes âgées que chez les plus jeunes. Maladies infectieuses pendant l’enfance affectent également l’espérance de vie .

Les différences biologiques dues aux différents ensembles chromosomiques peuvent également affecter l’espérance de vie moyenne. Deux copies du chromosome X signifient que les défauts génétiques situés sur un seul chromosome X peut être lu . Ces chromosomes X non gardés sont également probablement responsables de durée de vie réduite chez diverses espèces animales . Deux chromosomes X peuvent également représenter des gènes immunitaires des deux parents.

Scénarios d'héritage récessif lié à l'X pour la mère porteuse
Lorsque des défauts génétiques récessifs sont localisés dans le chromosome X, les fils avec un seul chromosome X seront affectés. La source: Domaina, Kashmiri et SUM1 / CC BY-SA

L’abondance de certaines hormones peut également affecter le bien-être général qui conduit les humains à atteindre un âge plus avancé au moment de la mort. Trop de testostérone dans le sang, généralement dû à un abus de thérapie à la testostérone, peut augmenter le risque de maladie cardiaque . Trop d’oestrogènes pourraient également induire un système immunitaire agressif et diminuer sa durée de vie.

Statut social et espérance de vie

Les facteurs liés au statut social peuvent également affecter le nombre moyen d’années qu’un être humain devrait vivre. Différents modes de vie recherchés en conséquence de la construction sociale , par exemple, peuvent affecter différemment l’espérance de vie moyenne des hommes et des femmes. La religion est susceptible de promouvoir des modes de vie sains les personnes ayant une religion ont tendance à vivre plus longtemps que les gens sans.

Le soutien social peut augmenter l’espérance de vie moyenne des personnes qui étaient impliquées dans un système social. Par exemple, les personnes mariées ont espérance de vie plus élevée que les célibataires ou les veuves . Une étude sur les couples suédois en 2016 a également révélé l risques de décès plus élevés chez les personnes avec enfants par rapport aux personnes sans enfants.

Les différences de normes sociales et de comportement de rôle entre les hommes et les femmes contribuent également à la différence d’espérance de vie entre les sexes. Une étude de 141 pays entre 1981 et 2002 ont montré que le sexe influence le taux de mortalité dû aux catastrophes naturelles. La rupture de l’ordre rend les femmes plus exposées à la violence domestique et sexuelle.

Une étude de 2005 ont constaté que l’étendue de l’orientation patriarcale d’une société est liée à l’espérance de vie des hommes. Les chercheurs affirment que le patriarcat nuit aux hommes même s’il leur accorde certains avantages.

Le statut social peut affecter indirectement la santé et l’espérance de vie à travers les ressources et les charges matérielles et psychosociales ainsi que le comportement sanitaire. Les opportunités d’une vie saine et longue sont déjà créées tôt dans la vie, parfois en raison des antécédents familiaux. Elle s’établit plus fermement au cours de la vie grâce aux interactions entre le statut social et l’état de santé. Aux États-Unis, il existe une corrélation entre l’espérance de vie des personnes et niveau de scolarité, profession ou revenu .

Espérance de vie des autres êtres vivants

L’espérance de vie des autres êtres vivants dépend également de nombreux facteurs. Outre les particularités propres à l’espèce, de nombreuses variables environnementales influencent également leur durée de vie, par exemple les maladies, les prédateurs, la température, le renouvellement de l’oxygène et le taux métabolique de base.

Exemples de durée de vie courte spéciale

Les organismes unicellulaires tels que les bactéries se reproduisent par division cellulaire, ce qui peut être considéré comme une durée de vie extrêmement courte. Certaines espèces de busards abdominaux ne vivent qu’environ trois jours et font donc partie des organismes multicellulaires les plus éphémères.

Les éphémères peuvent vivre plusieurs années au total avec seulement quelques heures passées à l’âge adulte. Ils ne sont même pas capables de se nourrir à ce stade et n’ont pas de pièces buccales fonctionnelles.

Exemples de longévité spéciale

La longévité des éléphants, des tortues, des perroquets et des pins est largement documentée. Les requins glaciaires peuvent vivre plus de 400 ans. Des séquoias ont été abattus, pour lesquels un âge d’environ 2000 ans a été déterminé au moyen d’anneaux annuels. On sait que les spécimens du pin longévif ont plus de 5000 ans.

L’éponge en verre Anoxycalyx joubini , une éponge antarctique géante, ont une durée de vie maximale de 10 000 ans. Une autre éponge de verre qui s’était fossilisée dans la mer de Chine orientale, Monorhaphis chuni , peut avoir vécu environ 11 000 ± 3 000 ans.

Les bactéries peuvent survivre plusieurs millénaires sous forme de spores. Ainsi, des bactéries marines sous une forme capable de se reproduire ont été extraites des gisements de sel. Les spores fossilisées dans l’ambre peuvent contenir des centaines de bactéries qui ont vécu pendant 25 à 40 millions d’années.

Les organismes qui se séparent par bourgeonnement tels que les champignons et les polypes d’eau douce semblent être immortels en principe. Néanmoins, il y a un changement à chaque événement naissant et donc un nouveau départ pour un individu.

Influence humaine

Les animaux en captivité atteignent souvent un âge beaucoup plus élevé que dans la nature. Ils étaient protégés des prédateurs, des conditions météorologiques extrêmes et des pénuries alimentaires. Cependant, les animaux destinés à l’abattage ont une durée de vie beaucoup plus courte en raison du système.