Dépression (Wray, 2018) – La maladie mentale est-elle génétique?

homme sur le canapé

Rapport ADN de Nebula Genomics pour la maladie mentale

La maladie mentale est-elle génétique? Nous avons créé un rapport ADN basé sur une étude qui a tenté de répondre à cette question. Ci-dessous vous pouvez voir un exemple de rapport ADN. Pour obtenir votre rapport ADN personnalisé, achetez notre Séquençage du génome entier !

La maladie mentale est-elle génétique? Exemple de rapport de Nebula Genomics
La maladie mentale est-elle génétique? Exemples de variantes de rapport de Nebula Genomics

Explorez plus de rapports dans le Bibliothèque de la nébuleuse :

Information additionnelle

Qu’est-ce que la maladie mentale? (Partie 1 de La maladie mentale est-elle génétique?)

Une maladie mentale ou un trouble mental implique une condition qui affecte le cerveau et le comportement extérieur. Ils peuvent également être appelés troubles de l’humeur. Les maladies mentales peuvent être accompagnées de déviations dans la perception, la pensée, les sentiments ou même la perception de soi. Les maladies mentales entraînent souvent des souffrances et un stress personnels importants et des problèmes de fonctionnement dans plusieurs domaines de la vie quotidienne.

Une composante essentielle de ces troubles est aussi souvent une capacité réduite à se réguler. Dans ce cas, les personnes touchées peuvent à peine ou pas du tout influencer leur maladie, même par des efforts accrus, l’autodiscipline ou la volonté. Les conséquences comprennent des problèmes de gestion de la vie quotidienne et des relations sociales altérées.

le Organisation Mondiale de la Santé estime qu’environ 300 millions de personnes dans le monde sont touchées par la dépression, 47,5 millions par la démence et 21 millions par la schizophrénie. Les autres troubles de santé mentale comprennent les troubles dissociatifs, les troubles liés à l’usage de substances, les troubles de l’alimentation et les troubles de la personnalité. Certains symptômes de ceux qui ont un trouble du spectre de l’autisme peuvent sembler similaires à ceux d’une maladie mentale (p. Ex., Anxiété et dépression).

La dépression est l’une des maladies mentales les plus courantes au monde.

Selon le Association psychiatrique américaine , les symptômes typiques de la dépression sont une humeur dépressive, une mauvaise humeur, un sentiment de désespoir et une diminution de la motivation. Souvent, la joie et les sentiments de plaisir, d’estime de soi, de performance, d’empathie et d’intérêt pour la vie sont perdus. La qualité de vie en est souvent affectée. Ces plaintes surviennent chez des personnes en bonne santé dans un contexte de deuil après une expérience de perte et apparaissent comme une dépression; cependant, ils passent généralement d’eux-mêmes. La maladie est présente lorsque les symptômes persistent pendant une durée disproportionnée ou lorsque leur gravité et leur durée sont disproportionnées.

En psychiatrie, la dépression est attribuée aux troubles affectifs. Le diagnostic est posé en fonction des symptômes et de l’évolution (par exemple, épisodes dépressifs uniques ou répétés). Le traitement standard de la dépression comprend la psychothérapie et l’utilisation d’antidépresseurs, en fonction des besoins uniques de l’individu.

Médicalement, la dépression est une maladie mentale grave et une condition médicale qui nécessite un traitement et qui a souvent de nombreuses conséquences, qui ne peuvent pas être influencées par la volonté ou l’autodiscipline de la personne touchée. La dépression est une crise de santé mentale majeure et est une cause majeure d’incapacité de travail ou de retraite anticipée et est une des principales causes de suicide.

Épidémiologie (partie 2 de La maladie mentale est-elle génétique?)

Dans un comparatif international étude de 2011, la fréquence dans les pays à revenu élevé a été comparée à celle des pays à revenu intermédiaire et faible. La prévalence de la dépression au cours de la vie était de 14,9% dans le premier groupe (dix pays) et de 11,1% dans le deuxième groupe (huit pays). Le rapport femmes / hommes était d’environ 2: 1. Selon le Institut national de la santé mentale , environ 17,3 millions d’adultes aux États-Unis (7,1% de tous les adultes américains) ont eu au moins un épisode dépressif majeur en 2017.

Aux États-Unis, la dépression touche près de 7% de la population. L’âge d’apparition étant en moyenne de 31 ans.

Le fardeau de la maladie due à la dépression, par exemple chez les personnes âgées qui se traduit par l’incapacité de travail, le traitement hospitalier et la retraite anticipée, a fortement augmenté ces dernières années. On suppose que l’incidence réelle de la maladie a changé beaucoup moins gravement et que l’augmentation de l’incidence est due à une meilleure reconnaissance et à une moindre stigmatisation des personnes atteintes de troubles mentaux. Les résultats des études à long terme, en revanche, tendent à indiquer une augmentation réelle, associée à divers facteurs d’influence sociétaux.

Symptômes (partie 3 de La maladie mentale est-elle génétique?)

Les principaux symptômes de la maladie mentale de la dépression sont:

  • Humeur déprimée et dépressive: La dépression se caractérise par un rétrécissement de l’humeur ou, en cas de dépression sévère, la «sensation d’engourdissement» ou la sensation de vide intérieur persistant.
  • Perte d’intérêt et absence de joie: perte de la capacité de ressentir de la joie ou de la tristesse; perte de résonance affective, c’est-à-dire que l’humeur du patient ne peut être égayée par l’encouragement
  • Manque de motivation et fatigue accrue: un autre symptôme typique est l’inhibition de la conduite. Lors d’un épisode dépressif sévère, les personnes touchées peuvent être si gravement inhibées dans leur conduite qu’elles ne sont plus en mesure d’effectuer les activités les plus simples telles que l’hygiène personnelle, les courses ou la vaisselle.

Les symptômes supplémentaires peuvent être:

  • Réduction de la concentration et de l’attention
  • Diminution de l’estime de soi et de la confiance en soi (sentiment d’insuffisance)
  • Sentiments de culpabilité et d’infériorité
  • Perspectives d’avenir négatives et pessimistes (sans espoir): Les caractéristiques sont une inquiétude exagérée pour l’avenir, une anxiété peut-être exagérée en raison de perturbations mineures dans la région de son propre corps (voir hypocondrie), le sentiment de désespoir, d’impuissance ou d’impuissance réelle
  • Pensées ou actions suicidaires: les personnes gravement touchées ont souvent le sentiment que leur vie n’a aucun sens. Souvent, cet état angoissant conduit à des tendances suicidaires latentes ou aiguës.
  • Insomnie
  • Appétit réduit
Qu'est-ce que la dépression? Types, symptômes, causes, diagnostic et traitement de la maladie mentale - Insider
Symptômes de dépression, La source

Les personnes souffrant de dépression éprouvent souvent des symptômes physiques, des douleurs dans des parties très différentes du corps, le plus souvent avec une sensation de pression angoissante sur la poitrine. Lors d’un épisode dépressif, la susceptibilité à l’infection est augmentée. On observe également un retrait social, un ralentissement de la pensée (inhibition de la pensée), des cercles insensés de pensées (contrainte de couvée), des perturbations du sens du temps. L’irritabilité et l’anxiété existent souvent. De plus, l’hypersensibilité au bruit peut être un problème. Le trouble bipolaire est également un sous-groupe de la dépression et survient lorsque les patients subissent de graves épisodes de manie, suivis de périodes prolongées de dépression et d’anxiété. La dépression peut également survenir avec des troubles anxieux.

Gravité

La gravité (partie 3.1 de La maladie mentale est-elle génétique?) Est classée selon le nombre de symptômes:

  • Dépression légère: deux symptômes principaux et deux symptômes supplémentaires
  • Dépression modérée: deux symptômes principaux et trois à quatre symptômes supplémentaires
  • Dépression sévère: trois symptômes principaux et cinq symptômes supplémentaires ou plus

Différences entre les sexes

Les symptômes de la dépression peuvent se manifester de différentes manières selon le sexe. Les différences dans les principaux symptômes sont minimes. Alors que chez les femmes, des phénomènes tels que le découragement et la couvée sont plus courants, chez les hommes, il est clair que la dépression peut également se traduire par une tendance à se comporter de manière agressive. Dans un 2014 étude , les différentes manifestations chez les femmes et les hommes étaient associées à des différences dans les systèmes biologiques de la réponse au stress.

7 types de dépression les plus courants
Types de dépression, La source

Causes (Partie 4 de La maladie mentale est-elle génétique?)

Les causes des maladies mentales et des troubles dépressifs sont complexes et ne sont que partiellement comprises. Il existe à la fois des prédispositions et des susceptibilités acquises au développement de la maladie mentale. Les susceptibilités acquises peuvent être déclenchées par des facteurs biologiques et par un stress social ou psychologique historique. Le trouble affectif saisonnier est également un type spécifique de dépression qui est en corrélation avec les changements saisonniers.

Dépression | Centre d'excellence en santé psychologique
Il existe de nombreuses causes de dépression, La source

La dépression est-elle génétique? (Partie 5 de La maladie mentale est-elle génétique?)

La dépression peut fonctionner dans les familles, mais des études jumelles ont montré que la composante génétique n’est qu’un facteur contribuant au trouble. Même avec une constitution génétique identique (jumeaux identiques), ceux dont un frère ou une sœur souffre de dépression ont tendance à développer la maladie mentale dans moins de la moitié des cas. Des différences entre les partenaires jumeaux affectés et non affectés ont également été trouvées dans l’altération ultérieure (épigénétique) de l’information génétique, c’est-à-dire les influences du cycle biologique sur le contrôle de l’information génétique. Cela affecte également les parents ou les frères et sœurs souffrant de dépression. Dans tous les cas, une histoire familiale complète aidera à aborder la base génétique du cas de chaque patient afin de trouver des membres de la famille souffrant de dépression. Cependant, il est possible que le parent affecté ne développe jamais de dépression ou d’autres symptômes de maladie mentale.

En outre, il existe une interaction gène-environnement entre les facteurs génétiques et les facteurs environnementaux sur les personnes qui développent une dépression. Par exemple, des facteurs génétiques peuvent amener une personne à se déplacer souvent dans des situations de vie difficiles grâce à une grande volonté de prendre des risques. À l’inverse, le fait qu’une personne fasse face à un fardeau psychosocial ou devienne déprimée peut dépendre de facteurs génétiques.

Un facteur de vulnérabilité génétique important pour la survenue de la dépression est soupçonné d’être une variation dans la région promotrice du gène transporteur de la sérotonine 5-HTTLPR. 5-HTTLPR signifie Serotonin (5-HT) Transporter (T) Length (L) Polymorphic (P) Region (R). Ce «gène de dépression» est localisé sur le chromosome 17q11.1-q12 et se présente sous différentes formes dans la population (ce que l’on appelle «polymorphisme de longueur différente» avec un «allèle court» et un «allèle long»). Les porteurs de l’allèle court réagissent plus sensibles au stress psychosocial et auraient jusqu’à deux fois plus de risque (disposition) de développer une dépression que les porteurs de l’allèle long.

Dans deux méta-analyses en 2011 , l’association entre l’allèle court et le développement de la dépression après le stress a été confirmée. Dans une méta-analyse en 2014 , des données significatives ont été trouvées en rapport avec la dépression pour un total de sept gènes candidats: 5HTTP / SLC6A4, APOE, DRD4, GNB3, HTR1A, MTHFR et SLC6A3. Cependant, certaines anomalies déterminantes pour le développement de la dépression n’ont pas encore été retrouvées malgré une recherche extrêmement poussée.

Les facteurs de risque de développer une dépression comprennent un événement traumatique, des antécédents d’autres maladies mentales, la prise de certains médicaments et une maladie grave ou chronique.

Neurophysiologie

Après l’introduction de la réserpine en tant que médicament dans les années 1950, il a été observé que certains patients présentaient des symptômes de maladie mentale après avoir été traités avec. Cela a été attribué à la diminution des neurotransmetteurs dans le cerveau. Il est considéré comme certain que la transmission du signal est particulièrement impliquée dans les neurotransmetteurs monoaminergiques sérotonine, dopamine et noradrénaline. D’autres systèmes de signalisation sont également impliqués, et leur influence mutuelle est très complexe. Bien que les médicaments d’influence monoaminergiques (antidépresseurs) puissent modifier les symptômes dépressifs, on ne sait pas dans quelle mesure ces systèmes émetteurs sont impliqués de manière causale dans le développement de la dépression. Ainsi, environ un tiers des patients ne répondent pas ou ne répondent que de manière insuffisante aux médicaments qui influencent les systèmes monoaminergiques.

Aperçu de la dépression: symptômes émotionnels, signes physiques, etc.
Exemple de changements neurologiques dans un cerveau déprimé, La source

Traitement (Partie 6 de La maladie mentale est-elle génétique?)

La dépression peut être traitée avec succès chez la majorité des patients. Les options de traitement possibles comprennent un traitement médicamenteux avec des antidépresseurs, une psychothérapie ou une combinaison de traitement médicamenteux et psychothérapeutique. Ceci est de plus en plus complété et soutenu par des programmes de thérapie en ligne. D’autres méthodes de thérapie pour le trouble dépressif persistant, telles que la luminothérapie ou la thérapie du sommeil, le sport et la thérapie par l’exercice complètent les options de traitement.

Les directives thérapeutiques nationales actuelles considèrent que les antidépresseurs sont équivalents à la psychothérapie pour les périodes dépressives modérées à sévères. Pour la dépression sévère, une combinaison de psychothérapie et d’antidépresseurs est recommandée. En fin de compte, l’approche de traitement de la maladie mentale est gérée par les professionnels de la santé au cas par cas.

Une combinaison de psychothérapie et de traitement médicamenteux peut être réalisée par des médecins ou des professionnels de la santé mentale ayant une formation psychothérapeutique, ou par une coopération de médecins et de psychothérapeutes en ambulatoire ou dans des cliniques psychiatriques ou des hôpitaux spécialisés.

En cas de souffrance élevée et de réponse insatisfaisante à la thérapie ambulatoire et aux médicaments psychotropes – mais surtout en cas de suicide imminent – un traitement dans une clinique psychiatrique doit être envisagé.

Les personnes souffrant de dépression et d’autres problèmes de santé mentale sont généralement plus à risque de développer d’autres problèmes chroniques, comme les maladies cardiaques.

Plusieurs lignes directes existent, gratuites pour le public, pour les personnes souffrant de maladie mentale. Par exemple, l’administration des services de toxicomanie et de santé mentale offre une ligne d’assistance nationale qui est un service de référence et d’information gratuit, confidentiel, 24/7, 365 jours par an (en anglais et en espagnol) pour les personnes et les familles aux prises avec des problèmes de santé mentale. et / ou des troubles liés à l’usage de substances.

Si vous vous sentez suicidaire, vous devez appeler immédiatement le 911 ou votre numéro d’urgence local. Le National Suicide Prevention Lifeline peut être rejoint au 1-800-273-TALK (1-800-273-8255).

Médicaments (Partie 6.1 de La maladie mentale est-elle génétique?)

Antidépresseur

Dans la dépression, la transmission du signal de l’axone d’un neurone (en haut) à la dendrite d’un autre neurone (en bas) est augmentée, par exemple en bloquant les transporteurs qui renvoient les neurotransmetteurs libérés vers l’axone. Cela augmente la quantité d’émetteurs dans la fente synaptique entre les cellules et donc la transmission du signal d’une cellule à l’autre. Les médicaments qui bloquent ces transporteurs sont typiques des antidépresseurs.

L’efficacité des antidépresseurs pour traiter la maladie mentale dépend fortement de la gravité de la maladie mentale. Bien que l’efficacité soit absente ou faible en sévérité légère et modérée, elle est plus élevée en cas de dépression sévère. Dans les formes les plus sévères, jusqu’à 30% des patients traités bénéficient d’antidépresseurs. Les méta études indiquent que les médicaments antidépresseurs présentent de grandes différences d’efficacité d’un patient à l’autre. Dans certains cas, une combinaison de différents médicaments peut présenter des avantages.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture

Ces principes actifs inhibent la recapture des neurotransmetteurs sérotonine, norépinéphrine ou dopamine dans les présynapses. Les effets directs sur les autres neurotransmetteurs sont significativement plus faibles avec ces agents sélectifs qu’avec les antidépresseurs tricycliques.

Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont les médicaments les plus couramment utilisés pour la dépression aujourd’hui. Ils sont efficaces pendant une durée de deux à trois semaines. Ils inhibent (en grande partie) sélectivement la recapture de la sérotonine au niveau de la membrane présynaptique. Il en résulte une augmentation “relative” de la sérotonine, substance messagère pendant la transmission du signal.

Inhibiteurs de la monoaminooxydase (MAO)

Les inhibiteurs de la MAO agissent en bloquant les enzymes monoamine oxydase. Ces enzymes clivent les monoamines telles que la sérotonine, la norépinéphrine et la dopamine. Cela réduit leur disponibilité pour la transmission du signal dans le cerveau. Les inhibiteurs de la MAO inhibent ces enzymes, ce qui augmente la concentration de monoamines et donc de neurotransmetteurs. Cela améliore la transmission du signal entre les cellules nerveuses.

Les inhibiteurs de MAO sont divisés en sélectifs ou non sélectifs et réversibles ou irréversibles. Les inhibiteurs sélectifs de la MAO-A (par exemple le moclobémide, réversible) n’inhibent que la monoamine oxydase de type A et présentent un effet antidépresseur. Ils sont généralement bien tolérés, y compris avec beaucoup moins de perturbations des fonctions digestives et sexuelles que les ISRS.

Kétamine

Dans les urgences dépressives (risque de suicide), plusieurs études ont confirmé un effet antidépresseur rapide de la kétamine. Il s’agit d’un antagoniste du complexe récepteur glutamate NMDA. Les résultats de l’étude ont montré une amélioration significative sur une période allant jusqu’à sept jours lorsqu’ils sont administrés une fois. Il existe des recommandations pour la prescription à faible dose. Ce qui, contrairement à l’utilisation comme anesthésique ou dissociatif, ne montre pratiquement aucun effet secondaire.

Approches alternatives pour les personnes souffrant de problèmes de santé mentale

  • Luminothérapie
  • Exercice
  • Nutrition
  • Surveillance du sommeil
  • Privation de sommeil
  • Méditation
  • Groupes de soutien

Avez-vous apprécié cet article? Lisez plus d’articles comme celui-ci dans notre Bibliothèque de recherche sur la nébuleuse !